Jdi na obsah Jdi na menu
 


Joseph VII

16. 10. 2010

 

4-oedipus-sphinx.jpgLe Sphinx regardait Joseph et Joseph contemplait l´abyme. Le Sphinx interrogeait Joseph et Joseph se souvint. Il se souvint que la veille au matin, il était encore un homme libre. Il revenait de Delphes et se trouvait à l´étroite croisée de trois chemins quand un vieillard monté sur un char et accompagné de quelques soldats lui ordonna brutalement de faire place.

 

-          Que s´est-il passé ensuite? - demanda le Sphinx.

-          Je suis un homme libre, et je ne m´écarte devant personne ! – répondit Joseph.

 

Le veil homme du haut de son char, afin de le punir de son arrogance, frappa le fier Joseph d´un coup de bâton. Le jeune homme riposta et fît tomber le vieillard. Les Soldats sortirent leurs épées. La lutte qui suivit fût sans merci. La violence du combat était telle qu´une grande poussière se leva du chemin aride si bien qu´aucun observateur n´aurait pu dire qui allait emporter la victoire finale. Quand le vent et le calme dégagèrent enfin la scène, surgit Joseph ensanglanté. A ses pieds gisaient les soldats et le vieillard...tous morts. Cependant au loin, s´enfuyait déjà le conducteur du char.

 

-          Qu´as-tu alors fais? – demanda le Sphinx

-          J´ai continué mon chemin car je suis un homme libre. – répondit Joseph.

 

Le chemin de Joseph menait à Thèbes au sept portes. La ville pleurait Laïos, son roi. On racontait qu´il avait été assassiné sur une route par une troupe de brigands.

Hélas ce drame n´était pas le seul qui s´était abattu sur Thèbes. Depuis peu le Sphinx terrorisait la ville et dévorait tous ceux qui ne savaient répondre à sa fatale énigme. Créon le frère du roi, promettait à celui qui délivrerait la ville le trône du royaume et la couche de la belle reine Jocaste. Joseph fier et noble se proposa pour affronter le monstre.

 

Ô brave Joseph, enfant adopté par le roi de Corinthe, comment à cet instant pouvais -tu savoir qui étaient vraiment Laoïs et Jocaste? Comment à cet instant aurais-tu pu imaginer que ton épouse n’était que ta mère, et qu´à la découverte de la terrible vérité, elle se pendrait. Comment imaginer que tu te creverais les yeux et que ta fille, qui accompagnerait ton martyre de mendiant errant, serait ta sœur Antigone? Comment pouvais- tu imaginer la malédication qui frapperait le sang de tous les tiens?

 

-        Comment t’appelles-tu ? - demanda le Sphinx.

 

Joseph resta silencieux, il contemplait l’abyme.

 

 

***

 

 

 

 

Komentáře

Přidat komentář

Přehled komentářů

Zatím nebyl vložen žádný komentář
 

 

 

Z DALŠÍCH WEBŮ

REKLAMA