Jdi na obsah Jdi na menu
 


Le problème "des bipédies" :

- Mai 2018 : une analyse de Bob Gylman

- Août 2016 : une conférence de Pascal Picq

Juillet 2016 : Imax Bigfoot : une tactique de chasse : l'ambuscade

Décembre  2014 : bidouillages génétiques et plans com.

Février 2013 : Da Bigfoot Cover-up

Décembre 2012 : Le non-darwinisme de Lloyd Pye

Février 2012 : De la pseudo-rationalité sorbonnarde en guise de croyance

Juillet 2012 : La preuve par les cartes...la lutte extra-spécifique   

Bigfoot's filmography - Fil d'actu des vidéos qui n'existent pas  

***

Publikováno 28. 5. 2018

***

Les vidéos "Imax Bigfoot" et "Prince Edwrad's" montrent une créature abandonnant la bipédie et revenant sur ses quatre membres afin de gagner en vitesse de course. Dans une conférence datant de 2010 et intitulée "Les origines de l'Homme : entre gènes et comportement ", Pascal Picq revient, entre autres, sur les problèmes "des bipédies" et du Gigantopithèque :

Ajoutée le 22 mars 2013 par Andrea Cirla

 

***

IMAX Bigfoot - Interview with Cameraman! -Mr. Reeves

Ajoutée le 17 juin 2016 ThinkerThunker

 

jerome boyonil y a 1 an

Hi ThinterThunker, the second adult appears at 27/28" in your video, on the right edge of the screen at the upper 1/3 of the picture, it seems to stand up a bit, you see it moving. At 36" is standing right above the one down by river, then you zoom in and it disepears from the screen. On other video that don't zoom in, you see as well two other blacks spots on the left, like two little heads hidding behing a mound...but just few pixels...

 

Jane Dixonil y a 3 mois

Looks like there may be another Bigfoot in the shot. In seconds 00:27 - 00:36, there is a dark object up on the hill above the one with the baby on it's back. It appears to be moving slightly in those few seconds, watching the action. Perhaps another BF in the caribou hunting group or, for you closed-minded people, a crew member in all black camo! Thanks for the analysis, TT.

 

jerome boyonil y a 23 heures

Yes, Mr. Reeves confirms it in the interview. He says at leadt 3 others ones, prepared for an ambush !! -IMAX Bigfoot - Interview with Cameraman! (ThinkerThunker)



A Closer Look - Bigfoot recorded in IMAX "Great North" documentary

https://www.youtube.com/watch?v=jzlpK5g5quk

 

***

 

Décembre 2014

 

L'année qui s'achève a été riche en rebondissements et manipulations de toutes sortes. Alors que l'assemblée des libres citoyens s'attendait enfin à quelques révélations sur le code génétique de la mystérieuse créature, elle n'eut droit, après les bien étranges conclusions du docteur Ketchum, qu'à un bien curieux aphorisme répété à n'en plus finir par les antennes obséquieuses de Radio Paris, en l'occurrence par Denis Delbecq qui publia au moins deux versions du même article: La version payante est réservée aux très chers lecteurs de lemonde.fr alors que les pauvres lecteurs suisses se contentaient d'un accès gratuit à l'article publié par letemps.ch une semaine avant son homologue français : 

Le mythe du yéti brisé par la génétique 

pour la raison que...

" Les 28 autres échantillons analysés risquent de faire grincer des dents. Récoltés en Russie, au Népal, à Sumatra et surtout aux Etats-Unis, ils correspondent à un véritable inventaire à la Prévert. Les poils d’almasty? Ils appartiennent à deux ours bruns, un ours noir, une vache, trois chevaux et un raton laveur. Le yéti népalais s’avère être un capricorne, une espèce proche de la chèvre. Le prétendu orang pendek de Sumatra n’est autre qu’un banal tapir. Quant aux échantillons provenant de six Etats américains, ils ne sont pas en reste: un raton laveur, un mouton, un cerf, un cheval, des ours noirs, des canidés (loup, coyote ou chien), des vaches… et un humain."

...aucun des échantillons reçus n'appartient à une espèce inconnue...cela suffit pour prétendre que l'absence de preuve serait la preuve de l'absence. 

Ce sophisme éculé, que Denis Delbec tente de refiler en douce à ses lecteurs, réapparait tel quel dans la rhétorique des docteurs en Sorbonne (voir plus bas la vidéo de Gilles Boëtsch et Jean Gagnepain.)

Cependant, cette étude génétique, dont fait état Radio Paris, est en soi sensationnelle :

"Ces deux échantillons créent la surprise. «Cela a fait l’effet d’une bombe et nous avons refait les analyses, se souvient Michel Sartori. Car ces deux poils correspondent à l’ADN d’un ours polaire du pléistocène. Il s’agit bien sûr de résultats préliminaires, et il faudrait trouver des spécimens vivants de ces animaux pour étudier l’ensemble de leur ADN.» En l’état, Michel Sartori et ses collègues émettent une hypothèse: ces deux «yétis» appartiendraient à une même espèce hybride qui serait apparue dans les régions polaire du globe. Le résultat d’un accouplement entre une ourse polaires et un ours brun, il y a 150 000 à 200 000 ans. L’espèce aurait ensuite migré à travers l’Asie, jusqu’à l’Himalaya."

Bref, les généticiens viennent de découvrir une nouvelle espèce d'ours !!

"L'effet d'une bombe." Rien de moins. Mais pour Radio Paris qui, en se souvenant du cœlacanthe, aurait pu faire sa une sur cette découverte :

Découverte d'un ours du Pléistocène

...non. Le brave Citoyen se contentera d'un Yéti qui n'existe pas...

...comme d'habitude !

***

 

Une vidéo incroyable a été mise en ligne par un chasseur du Mississipi. On y voit un Big foot ("Skunk ape" dans les régions du sud) assis dans les marais devant un arbre, en train d'en arracher méthodiquement l'écorce. Comportement rarement filmé, une première à ma connaissance. Une nouvelle pièce ajoutée au puzzle comportementale de l'énigmatique créature.

Publiée le 28 oct. 2013 par Josh Highcliff . Voir la description détaillée de la scène par le témoin sur son compte youtube.

Le comportement du témoin est quant à lui beaucoup plus typique et mainte fois observé. C'est un chasseur, armé et à l'affut, pourtant il ne trouve pas les ressources énergétiques suffisantes pour faire feu. Sans doute que les formes et l'apparence humaine de la créature provoquent la mise en place des inhibitions nécessaires pour interdire le passage à l'acte. Un deuxième comportement tout à fait caractéristique, c'est la peur panique que provoque la créature au moment où elle se relève et pourrait se diriger vers le témoin qui détale à en perdre haleine. 

Que les gaillards chasseurs soient incapables d'ouvrir le feu et qu'ils décampent sans demander leur reste lorsqu'ils font face à la créature, voila qui explique sans peine l'absence de spécimen observable en laboratoire...

 

14 novembre 2013

Les apparences étant toujours trompeuses, la vidéo s'avère encore bien plus extraordinaire qu'elle n'apparait au premier abord. On y voit en fait au moins DEUX Skunk apes (et probablement un troisième). Un petit est assis au pied de l'arbre, du côté gauche. On le voit nettement tourner la tête plusieurs fois :

 

 
You can see a little skunk ape left of the skunk ape [about 1 or 2 trees left of the skunk ape and a little bit lower].
He is closer to the filmmaker then the skunk ape.
Now i have seen this little one, i am sure this is real.
 

Dans cette vidéo M.K. Davis met très nettement et explécitement en évidence la présence du petit :

http://www.youtube.com/watch?v=KVQEwgMMUB4

Il apparait également dans cette version stabilisée même si l'auteur Thinker Thunker ne se rend pas compte de sa présence :

Publiée le 30 oct. 2013 par
ThinkerThunker

 

Une autre vidéo d'un bigfoot prenant son petit dans ses bras avant de s'éloigner du caméraman trop curieux :

- http://www.youtube.com/watch?v=l8zv4WCCtrY

 

***

Da Bigfoot cover-up

 
 
20/12/2012
 

Depuis le printemps 2012, une partie de la Cité, curieuse d’en apprendre un peu plus sur l'hominoïde hântant les denses forêts de nos ignorances,  attendait fiévreusement des résultats d'analyses génétiques que des équipes de Genève et d’Oxford étaient supposées publier à la fin de l’année.

 

Lausanne et Oxford sur les traces ADN du yéti

http://www.24heures.ch/news/standard/lausanne-oxford-traces-adn-yeti/story/24915555

 

The REAL Bigfoot DNA Study Dr. Sykes On The Today Show

 

Coupant l’herbe sous le pied des européens, c’est une équipe américaine qui s’empressa de « sortir » l’affaire la première en promettant de publier de biens étranges résultats.

 

“Genetically, the Sasquatch are a human hybrid with unambiguously modern human maternal ancestry. Government at all levels must recognize them as an indigenous people and immediately protect their human and Constitutional rights against those who would see in their physical and cultural differences a ‘license’ to hunt, trap, or kill them.”

 

http://www.dnadiagnostics.com/press.html

 

Notons en passant que le caractère hybride du yéti, apporterait de l’eau au moulin de ceux qui plaident pour une citoyenneté non-humaine :

http://ieet.org/index.php/IEET/RNHP

 

Un fait remarquable est l’effet médiatique observé sur le territoire contrôlé par les équipes de la communication nord américaine et qui a suivi cette annonce de l’équipe texane :

 

Bigfoot existuje a vznikl křížením člověka s neznámým hominidem, tvrdí studie

 

http://www.novinky.cz/veda-skoly/286248-bigfoot-existuje-a-vznikl-krizenim-cloveka-s-neznamym-hominidem-tvrdi-studie.html

 

Comme l’ont suffisamment démontré les analystes du discours et de sa perception, une « opinion publique », n’ayant pas été « préparée » à ce genre de nouvelle inconnue de ses schèmes de perception, se laissera à grimacer un sourire d’incrédulité.

 

Les larbins des nazis qui nous gouvernent, avant même d’avoir observé les résultats promis, rempliront aveuglément leur rôle de sorbonnards :

 

Pourquoi l'hypothèse des chercheurs qui affirment avoir découvert un yéti ne tient pas debout

 

http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-hypothese-chercheurs-qui-affirment-avoir-decouvert-yeti-ne-tient-pas-debout-henry-lumley-563290.html#3r4zkyGeEO8D9lqu.99

 

Cependant, on ne peut si facilement exclure que dans cette psy-op qu’on observe à l’oeuvre, l’annonce du docteur Ketchum ne tienne une fonction similaire à celle, qu’en son temps, avait tenue l’article publié par Steven Jones et sa bande…

 

http://www.benthamscience.com/open/tocpj/articles/V002/7TOCPJ.htm?TOCPJ/2009/00000002/00000001/7TOCPJ.SGM

 

…celle d’un repoussoir, d’un enfumage, d’un degré supplémentaire de confusion générale…

 

 

Bref, une équipe européenne brusquement chassée du devant de la scène médiatique par une truculente et drolatique vétérinaire du Texas dont les étranges découvertes hybrides ont été immédiatement portées en dérision par une presse aux ordres de la soldatesque...

…tout pousse t à croire qu'en affaire de Yéti, la construction d'une narrative laisse entrevoir l'ombre obscure des intérêts stratégiques de l'Etat profond nord américain :

 

 

The Bigfoot Disclosure

 

The Bigfoot Disclosure Project is dedicated to revealing government knowledge of the Bigfoot phenomena. The below listed documents show a connection between government agencies, citizen witnesses and Bigfoot.

 

http://www.nabigfootsearch.com/Bigfootdisclosureproject.html

 

Washington Environmental Atlas - 1974

closure

***

 

Le yeti existe, la science l'a rencontré...

 
Par Pierre Lagrange
 

Le yeti existe-t-il ? Oui, bien sûr. Cette réponse lapidaire mérite quelques explications...

...

Finalement, le yeti existe-t-il ? La réponse positive du début était sans doute un peu hâtive ! Mais elle aura permis d'exposer pourquoi la réponse négative est inutile.

 

http://www.lepoint.fr/actualites-sciences-sante/2007-01-24/le-yeti-existe-la-science-l-a-rencontre/919/0/81056

 

Yves Coppens et l'Almasty

 

· Pourquoi avez-vous cautionné l'expédition de Marie-Jeanne Koffman?
Yves Coppens : Parce que je suis scientifique et que la science est curieuse par définition et s'intéresse j'allais dire je crois mais j'en suis sûr à tout ce qui est possible. Qu'on vienne me dire qu'il s'agit d'un mythe et qu'on me le démontre, ou qu'on me dise qu'on a trouvé les ossements de l'animal que j'attends, j'en serais aussi heureux. Mais en tout cas, je ne fais pas marche arrière, je suis tout à fait intéressé, et toujours prêt à cautionner ce type de démarche. Je trouve que c'est une chose fort importante et qu'il est bon de voir s'éclairer un jour, dans quelque sens que ce soit.

· S'agit-il d'un singe ou d'un homme?
Y.C. : Je n'en sais rien car ne sais toujours pas s'il existe. Selon la description que m'en a faîte le docteur Koffmann, ça répondrait beaucoup plus à un grand singe qu'à un homme ancien.

 

Interview de Yves Coppens, Professeur au college de france et paléantologue reconnu, au sujet de l'almasty et de la cryptozoologie pour le magazine Mysteres de Novembre 1994.

Copyright (C) 1994 - “François de Villac / Mystères Presse” 

http://genre.homo.over-blog.com/article-1854280.html

 

***

 

Le non-darwinisme

 

Quoiqu’il en soit d'une réponse définitivement positive à la question de Pierre Lagrange, le lien yéti est particulièrement fertile à suivre, il mène à une théorie des plus originales, novatrices et synthétiques,  possèdant le mérite de réconcilier deux positions qu’on croyait jusque là irréductibles et s’excluant mutuellement.

En s’appuyant entre autres sur les travaux portant sur l’horloge moléculaire, elle fonde un vigoureux non-darwinisme :

Molecular Clock: An Anti-neo-Darwinian Legacy

Naoyuki Takahata

http://www.genetics.org/content/176/1/1.short

 

Elle permet aux darwiniens de ne plus s’arracher les cheveux face à leur désespérant missing link et de faire l’économie de leur trop ad hoc et trop électrique théorie de la fulgurance. ( la logique non-aristotélicienne de cette théorie de la fulgurance se vérifie souvent. Effectivement "l'apparition de nouvelles propriétés de systèmes fonctionnant jusqu'alors indépendamment des un des autres" montrant ainsi que "le tout est davantage que les parties réunies" Konrad Lorenz -  Les fondements de l'éthologie. 1997, p.34 - Les néo-darwinistes y recourent essentiellement pour expliquer les résultats très surprenants qu'ils observent au cours d'une période d'évolution jugée particulièrement courte et pallier ainsi au vide laissé par le missing link - saut incommensurable dirait en substance André Leroi-Ghouran dans Le geste et la parole

Elle autorise les créationnistes, dans leur immense mauvaise foi, à prétendre avoir aussi raison.

 

La théorie qu’expose Lloyd Pye dans une conférence de 1999 peut se résumer ainsi :

 

Dans un monde en évolution, il existe aussi des créateurs…

 

Lloyd Pye and Da intervention Theory

Publikováno 10. 9. 2016 Doc Doc Documentary

Théorie "étrange" et très étrangement confirmée par les Lettres Ummites ! Radio Ici et maintenant - Jean Pollion "l'affaire Ummo" - 54ème minute :  

"Ils sont d'accord avec l'avolution décrite par Darwin, à une seule différence, c'est l'apparition de l'Homme, c'est à dire de la conscience. Pour eux, c'est une rupture, un saut quantique..."  

 

...?

 

***

 

Pour les Citoyens soumis à d'autres sphères d'informations, l'affaire de l'existence du yéti était déjà réglée : 

 

Within a hair of Bigfoot

 29 Oct 2011

 

"The Russian Academy of Sciences has said it is highly likely that the Bigfoot really exists. Experts came to the conclusion after carrying out a microscopic analysis of hairs believed to belong to the yeti found in the Kuzbass region of Siberia.

...

The follicular evidence was found stuck to a huge footprint on the cave’s clay floor. Professors from Moscow, St. Petersburg and Idaho Universities got themselves a couple of precious hairs each to do the necessary research. The hairs turned out to be identical to ones that allegedly belonged to a Californian yeti, another from the Russian Urals and a third from the Leningrad region..."

 

http://rt.com/news/yeti-science-russia-experiment-073/

 

***

Ordonnance no 69-01

 

Dans le comté de Skamania, état de Washington, le Bigfoot, alias Yéti, alias Sasquatch, alias Grand singe poilu, est une espèce protégée. Tout contrevenant qui tuerait volontairement une créature encourt une amende de 10 000 dollars et 5 ans d'emprisonnement !!  

 

http://www.skamaniacounty.org/ordinance/Bigfoot%20Ordinance%2069-01.pdf

 

***

 

Une première hypothèse est toujours une hypothèse à corriger. Ainsi il m'avait semblé que les études disponibles tendaient à montrer que le yéti était un animal se rapprochant plus des primates genre gibbon que des homos machin trucs. Un argument de poids qui me paraissait plaider en faveur de cette hypothèse était la bipédie seulement partielle de l'animal, exactement à l'image des grands singes.

Cependant, de nouveaux fossiles mis à jour à partir du début du siècle, notamment celui d'Ardi, font penser que les singes forment une espèce qui aurait perdu sa bipédie initiale :

"Une équipe scientifique internationale a mis à jour Ardi, le squelette d’une hominidée vivant en Ethiopie il y a 4,4 millions d’années. Publié dans un dossier spécial de la revue américaine, Science, en date du 2 octobre, le cas Ardi fait aussitôt le tour de la presse mondiale, de l’édito du New York Times à 20 minutes en passant par Al Jazeera (voir les liens infra). Beaucoup plus vieille que Lucy (3,2 millions d’années), Ardi révèle que notre plus vieil ancêtre était déjà bipède : il marchait sur ses deux pieds et non à quatre pattes.
En quoi cela bouleverse-t-il notre vision de origines ? Jusqu’ici on s’imaginait que l’homme, issu de la même branche que les grands singes, s’était différencié, en se dressant sur ses pieds. Si l’ancêtre commun de l’homme et des singes, que l’on se représentait comme un grand singe, était déjà debout, alors, il faut inverser le schéma de l’évolution."

http://www.hominides.com/html/references/le-singe-descend-de-l-homme-philosophie-0251.php

 

Il faut donc imaginer que le yéti puisse être un homo machin truc étant retourné à une locomotion partielle à quatre pattes.

C'est justement cette hypothèse que développe David Claerr dans un article de novembre 2011:

An Hypothesis that Correlates the Morphology of the Sasquatch with a Human Ancestor

In the previous hypothesis, I posited that the Sasquatch and modern Humans are significantly more closely related to each other than any of the higher primates or "great apes", and share a more common recent ancestor, that may be in the direct lineage of the genus Homo that resulted in the Neanderthal, Denisovan, Cro-magnon, and modern human. This assessment is borne out by the mitochondrial DNA which shows a close relation to that of the modern human.

In this essay, however, I am positing that there is also a close correlation of the Sasquatch to a more ancient member of the genus Homo - the family of man - based on the fossil record.

 

http://voices.yahoo.com/the-origins-saquatch-bigfoot-10509269.html?cat=58

 

 ***

Une nouvelle espèce d'homme identifiée grâce à des ossements fossilisés ?

 

14/03/2012

 

L'humanité s'est-elle découvert de nouveaux cousins disparus ? Selon les travaux d'une équipe internationale de paléontologues, publiés mercredi 14 mars aux Etats-Unis, des fossiles d'ossements appartenant à au moins trois individus retrouvés dans une grotte en Chine appartiendraient à une espèce humaine jusque-là inconnue.

 

http://www.francetv.fr/info/des-restes-d-une-mysterieuse-espece-humaine-decouverte-en-chine_72581.html

 

***

 

Février 2012

 

Commentaires et critiques de la vidéo de Gilles Boëtsch et Jean Gagnepain – Docteurs en Sorbonne.

 

En matière de Yéti, alias Bigfoot, alias Abominable homme des neiges, alias Sasquatch, alias Zeren … je restais perplexe, mon opinion balançait au gré des arguments et des témoignages, à l’image de toutes celles qu’on a jamais résolues de fixer fermement. Dans l'interview vidéo postée ci-dessous, les docteurs en Sorbonne ont fini par me convaincre...de la faiblesse de leur position.

 

La première partie de la vidéo plante très justement le décor en parlant du « phénomène yéti » Il est indéniable qu’en cette affaire, il faudra serrer au plus près les événements et les distinguer de leur perception.

 

Les Sorbonnards font remonter l'apparition moderne du phénomène à la rencontre entre le prolifique et génial créateur de Tintin au Tibet et Bernard Heuvelmans, inventeur de la « cryptozoologie », les photographies d'un alpiniste britannique constitueraient les éléments fondateurs du mythe moderne. 

En traitant cette discipline de « para-scientifique », les Sorbonnards comparent l’occurrence à un événement du type « para-lympique. » Faudrait-il en conclure que la cryptozoologie serait une étude réservée aux handicapés !?

Il est donc très dommageable pour sa réputation, qu’un comité de lecture autorisa Eric Shipton à publier dans une revue scientifique les photographies d’empruntes de pas géants qu’il découvrit sur un glacier népalais. Cette simple constatation vient donc jeter le discrédit sur ces fameuses publications à comité de lecture qui ne serait le garant d’aucune sorte de rationalité et serait prêt à publier n’importe quelle ânerie !

 

Pour continuer à dresser un contexte historique de l’apparition du « phénomène yéti », on nous explique très justement qu’il est un trait constant de l’esprit humain d’imaginer des monstres aux confins du monde connu. Dieux et demi-dieux du mon de grec, monstres décrits par Marco Polo lors de son voyage en Chine. Les légendes du yéti ne seraient alors qu’une continuité de cette tradition pré-rationaliste.

Cet argument me semble tout à fait recevable, le problème majeur est qu’il est utilisé dans une introduction supposée nous décrire le contexte d’apparition des légendes modernes sur le yéti. Il ne fait donc ici que présenter les préjugés, puisque nous attendons encore, à ce stade de l’exposé, le cœur de leur démonstration pour nous convaincre que ce « phénomène yéti » ne relève que de l’étude folklorique des contes et des légendes…

 

Plus surprenant encore, en guise de soutien au préjugé précédent, l’affirmation que « comme par hasard » (sic.) ce nouveau folklore émerge simultanément à celui des ovnis (et la parution de la revue  Planète).

La pensée de nos Sorbonnards procède donc par amalgame, celui qui fait dire au bon sens populaire que « comparaison n’est pas raison ! » Puisque le « phénomène ovni » relève du folklore (ce qu’on se passe bien de démontrer) et que le « phénomène yéti » lui est concomitant, les deux phénomènes seraient de même nature.

Cette simple idée, que deux phénomènes seraient nécessairement de même nature sous le simple prétexte qu’ils seraient simultanés, est une fulgurance de l’esprit qui à coup sur révolutionnera nos conceptions de l’univers. En gros, tout est dans tout…et bien au contraire !

 

Pour conclure sur ce point, et afin d’expliquer cet étrange « hasard », phénomènes yéti et ovni  seraient révélateurs d’une angoisse apparaissant après la prise de conscience que l’homme ne serait peut-être pas seul dans l’univers.

Cette dernière insertion, pur discours d'inversion-transfert comme dirait l'autre, est primordiale car elle dévoile ceux qui en réalité sont en proie à cette angoisse. Elle nous démontre toute l'impulsivité de la logique de l’inquisition. Elle nous expose la lutte incessante entre l’ethnocentrisme et l’excentration de la découverte.

 

L’homme n’est ni unique ni central !

 

Voila la subversion primordiale qu’il faut se contenter de tourner en ridicule puisqu’il est désormais interdit d’élever les bûchers !

 

Après cette introduction, une fois l’angle d’attaque clairement défini, les Sorbonnards abordent la description du « phénomène yéti » en lui-même.

 

Reprenant le contexte historique esquissé lors de l’introduction, il est affirmé qu’une caractéristique essentielle de l’identification mi-humaine des monstres est leur bipédie.

 

Il est cependant remarquable que le discours hésite entre le « très souvent » et « l’essentiel. »

On serait en droit de s’étonner devant de telles approximations. Effectivement, on prendra soin ici de passer ici sous silence les contre-exemples : Sphinx ou Centaure ne seraient pas des demi-humains puisqu’ils ne seraient pas bipèdes ?? Les Sorbonnards pris en flagrant délit d’âneries aristotéliciennes et Diogène de promener son poulet…

 

Plus sérieusement, mes vagues souvenirs des lectures d’André Leroi-Gourhan m’empêchent aujourd’hui de sous-estimer le rôle de la bipédie dans le développement cognitif.

Or c’est précisément sur ce point que les spécialistes divergent radicalement de celui des Sorbonnards. Le « phénomène yéti » s’apparenterait plus au gibbon (hylobatide) qu’aux hominidés.

La bipédie sur le sol est avérée et centrale dans le problème de la classification de cette espèce encore inconnue…mais elle ne constitue pas l'unique mode de locomotion.

Lors du premier visionnage de cette vidéo, j’avais cru voir un énorme sanglier :

 

Les spécialistes y ont décelé une forme beaucoup plus surprenante et complexe :

https://www.facebook.com/video/video.php?v=151571878216957

La bipédie disparait lors de la course au galop, en cas de fuite ou lors de poursuite derrière un gibier, ou sans doute encore au moment de la libération de la pulsion d’agressivité, pour la défense de la progéniture ou de la lutte intraspécifique. Cette vidéo nous en apprend plus sur les méthodes de chasse :

Mais toutes ces vidéos, existent-elles seulement ???

Nos Sorbonnards n’ont-ils jamais entendu parler de cet appareil magnifique qu’on appelle une caméra ??

Il faut malheureusement se poser sérieusement la question. En effet, il est urgent de combler un oubli dans ces commentaires et de revenir un instant sur les éléments composant le contexte historique tel que le résument nos très chers docteurs qui nous gouvernent.

Quid de la vidéo de Patterson dans la genèse du mythe moderne ?

 

Ce témoignage de Gimlin et Patterson qui n’existe pas, permettra aux Sorbonnards d’aborder le problème de la preuve sans jamais devoir se poser la question de la signification de cette vidéo…qui n’existe pas !

En revanche, les doctorasses nous expliquerons en bonne logique que « l’absence de preuve n’est pas la preuve de l’absence » mais que, bien évidemment, il faudra faire une entorse à la règle dès on abordera le phénomène yéti.

L’argument est le suivant :

« là, je crois que l’absence de preuve finit par être une preuve de l’absence »

On voit ici tout l’obstacle du manque de patience, mère de toutes les vertus. Las d’en attendre, l’esprit « finit par » exécuter un soudain coup de force (véritable coup d’état de l’entendement sur la raison) et refuse d’accepter l’autorité de la règle admise habituellement !

Dans la démonstration des savants de Radio Paris, toutes les preuves présentées par les hérétiques, ne valent rien :

« mis à part des empruntes, mais bon, que sont des empruntes ? Ce n’est pas une preuve scientifique…il faudra plus que ça ! »

 

Le Citoyen s’écrierait : « Des vidéos de bigfoot ! Enfin !! Et une nouvelle par jour encore !! Et vive Google Alert et les caméras digitales miniatures !! Voila de la bonne preuve intersubjective venant compenser la défaillance dans l’amoncellement des manifestations extra subjectives!! »

 

Non, le Citoyen, n’obtiendra que de l’« ostéologique »

(les nazis qui nous gouvernent parlent latin ou grec…ça fait bien rigoler grand-mère ;-)

 

Et puisqu’on retrouve des restes d’hominidés datant de plusieurs millions d’années, on devrait aussi mettre la main sur les ossements du yéti…ne fût-ce qu’en se promenant en forêt (et c’est effectivement le cas, on n’a jamais retrouvé aucun ossement/peut être 1 ou 2 – à vérifier .)

Les Sorbonnards se gardent bien de préciser, qu'on ne trouve pas plus de fossiles ou d'ossements de grands singes vivant dans un milieu climatique ne se prêtant pas à la fossilisation.

Il faudrait sans aucun doute également vérifier que les fouilles ne soient pas systématiquement entreprises sur des sites déjà connus par la présence d’artéfacts !

En suivant cette hypothèse d'une plus grande ressemblance entre le Bigfoot et les grands singes, on pourrait atteindre le nœud gordien sur lequel se focalise l’hystérie de l’inquisition académique, drapé dans son sérieux, soucieuse de sauver les apparences, il lui faut sauver le dogme de la chronologie qu'elle enseigne.

 

Le yéti n’est pas forcément un hominidé, il s'apparenterait plus au gibbon.

Les analyses phonologiques montrent qu'il ne produit aucun son antérieur, incapable de pousser la langue vers l'avant de la bouche, la forme de son pharynx est donc comparable à celle du gorille qui présente la même incapacité physique.

Le yéti ne produit sans doute pas non plus d'artéfact réutilisable…

 

Pourtant il enterre déjà ses morts !

 

Amen…

 

...?

 

Bigfoot Burials and Graveyards

Date unknown, modern era: Northern California. A witness saw four Bigfoots carrying bones. The longest bone was up to four feet long. Reported by Ray Crowe.

Date unknown, modern era: Pacific Northwest. A man witnessed three Bigfoots digging a hole with their hands to bury a fourth Bigfoot. Afterward, they rolled rocks on the grave. Reported by Roger Patterson.

Date unknown, modern era: Starkey, Oregon. In the Blue Mountains, Sue Sebring found unusual cobble piles in the forest. Possible Bigfoot graveyard. Reported by Ray Crowe.

Date unknown, modern era: Alder Creek, Sandy, Oregon. East of Portland, Peter Byrne noted an unusual mound of earth was noted along the creek. Reported by Ray Crowe.

1949: Pacific Northwest. A man reported seeing three Bigfoots, two older males and a female, laying a dead young female Bigfoot out on top of a rock on a mountain peak. This is probably the simplest Bigfoot burial, similar to the sky burials of ancient humans. John Green did not believe the story, but looking at other reports, it seems reasonable. Reported by John Green.

1962-1967: Northern Washington state. A man witnessed three Bigfoots burying a fourth one. Reported by Peter Byrne.

After 1972: Klamath Agency, Oregon. A bulldozer driver was building a road in the forest. He ran the road through an area of large stones in a circle 20 feet in diameter, with smaller stones in the middle. The next day, he would come back and all of the stones were replaced in their original positions after he had bulldozed them away. This went on for some time, and eventually, he built the road around the area. Possible Bigfoot burial site. Reported by Vic McDaniel.

Before 1975: Location unknown, probably Pacific Northwest. Three Bigfoots were witnessed digging a hole with their hands to bury a fourth Bigfoot. When the hole was filled in, huge boulders were rolled over the site. Reported by Glen Thomas.

1985: Calapooia River, Oregon. In the Oregon Coast Range, Gold miners find a 50 foot wide area where the tops of all trees have been broken off around the perimeter. In the clearing, there was a deer carcass and two piles of smooth, five inch cobblestones, about 2.5 feet high, separated by 20 feet. The previous night, the miners had been frightened by strange screams and the sounds of breaking trees. They never went back to excavate the area. Possible Bigfoot burial site. Reported by Ray Crowe.

1989: McMinnville, Starkey, Oregon. Scott White found strange piles of rocks in a clearing with smashed trees.  Possible Bigfoot burial site. Reported by Ray Crowe.

1990: Estacada, Oregon. East of Portland, a hunter found a dead baby Bigfoot ten feet up in a tree. He reported that it was just a small, furry little thing. He was interested in the tree in the first place due to large scat piles all around it. The dead Bigfoot was buried in the boughs of an evergreen and was covered with covered with other boughs.

The hunter that the scat piles were from the mother Bigfoot who had been sitting under the tree mourning the death of her baby. After all, chimps and gorillas mourn their dead. Mother chimps carry their dead babies around with them for up to a month after they died. This could be called an “Indian style burial,” as Indians in the Pacific Northwest used to bury their dead up in trees, albeit in caskets.

The hunter called Portland State University and told them he had found a dead baby Bigfoot. They laughed at him and told him that they were not interested in looking at it. After all, Bigfoot doesn’t exist. The man stuck the baby Bigfoot in his deep freeze and that’s the last we’ve heard of it. Reported by Ray Nab.

Summer 1992: Estacada, Oregon, near Bagby Hot Springs. A philosophy teacher saw two Bigfoots, either a male and female or two females. There were two young, auburn colored Bigfoots with them. They were in a riverbed, burying another Bigfoot under a pile of stones. They had not dug a hole; they were just burying it with rocks. He stated that the Bigfoots were acting “sad.” The site was rechecked by an investigator one year later and flooding had washed the stones away and the site could not be rediscovered. Reported by Ray Crowe.

We see over and over here reports of 3-4 Bigfoots participating in the burial of another, as if it is some kind of a ceremony.

After 1995: Whidbey Island, Washington. Rhett Mullis found large mounds on this island in Puget Sound where there is no history of Indian residence. A large pit had been dug out but had not yet been used. There was a “hallway” along a well-used trail and scat was scattered around. The mounds were covered with large hand-sized rocks. Plants had been pulled up and placed on top of the mounds in order to hide them. Possible Bigfoot graveyard. Reported by Rhett Mullis.

October 21, 2002: Estacada, Oregon. Possible Bigfoot burial grounds consisting of pits and stacks of heavy rocks found at a high elevation in the Clackamas River Gorge. They could not be Indian burial grounds. Reported by BFRO.

 

http://bigfootevidence.blogspot.com/2011/05/why-no-bigfoot-bones-and-bodies.html

 

***

 

A partir de la 8ème minute, la vidéo mettant en scène les sorbonnards ne représente presque plus aucun intérêt. Les mensonges vont s’accumulant, la tartuferie atteint les sommets lyriques illuminés par tous les Bernays et les Goebbels avant de sombrer dans « l’occultisme. »

 

On prétend notamment que pour que les yétis puissent se reproduire, il en faudra des « hordes et des hordes »...« des centaines de milliers  »... « qu’on ne voit jamais !!»

J’ai entendu parler de la meute de loups qui réside le plus près de chez moi. Certains de ses membres traversent toute la Rhénanie, partant de la Pologne pour finir dans les Ardennes Belges. Constituée d’environ 150 individus, elle survit depuis des centaines d’années…

 

Combien de témoin du phénomène « loup polonais isolé traversant une zone urbaine la nuit »?

 

Les spécialistes expliquent le don « d’invisibilité » par un « avantage stratégique » cognito-moteur d'une espèce sur l’autre.

 

Mais pour résoudre ce problème de l’absence de perception du « phénomène yéti » par une espèce différente, on pourrait compléter ce dernier point de « l’avantage stratégique » par les travaux de von Uexküll.

Les systèmes de perceptions s’adaptent à la valeur d’usage des objets. Les perceptions sont des projets de détections élaborés par l’appareil de perception, et surtout pas de passifs et illusoires enregistrements de la réalité extra subjective.

 

Tant que le chien n’aura pas appris la valeur nutritive de la souris, en observant un chat par exemple, il sera incapable de réagir quand la petite bête lui passera entre les pattes.

 

Ainsi les humains ne perçoivent que très rarement le yéti, pour la simple raison qu’il n’en ont aucun usage et que les deux espèces n’entrent jamais en concurrence dans l’occupation du territoire et l’usage de ses ressources...

 

L’étude minutieuse des vidéos les montrant accidentellement se révèle beaucoup plus riche d’enseignements...

 

http://www.facebook.com/FindBigfoot

 

En guise de conclusion

 

Pour résumer la logique générale de leur argumentation, je remarquerai que les Sorbonnards réussiront brillament à prouver qu'il existe un folklore autour du « phénomène yéti.» Ils démontreront impeccablement que ce folklore possède une  force explicative mainte fois plus efficace quand il s'agit de rendre compte des constances universelles de l'esprit humain et qu'il ne nous apprend en revanche à peu près rien sur le yéti.

Si cette première partie du syllogisme fait preuve d'une grande cohérence interne et trouve une confirmation dans un large panel de disclipnes englobant autant les travaux de Darwin que ceux de Vladimir Propp, la conclusion qui voudrait que le « phénomène yéti » ne relève uniquement que de l'imagination folklorique, reste quant à elle parfaitement inadmissible.

Il suffit pour s'en convaincre de se rappeller que de tous temps, le « phénomène soleil » fut accompagné d'un discours folklorique, très révélateur en termes anthropologiques et tout autant incapable de rien nous enseigner en termes de physique des plasmas...mais l'existence de ce folklore une fois admise, ne nous permet en aucun cas d"en conclure une non existence du « phénomène soleil »...

 


 ***

 

L'idée de cette cohabitation invisible avec une espèce non humaine ne surprendra pas tout le monde. La rubrique des chiens écrasés de nos quotidiens régionaux révèlent parfois l'ampleur du phénomène:

 

Un loup tué en zone urbaine

 

http://www.ledauphine.com/saint-marcel-les-valence-br/-un-loup-tue-en-zone-urbaine-@/index.jspz?article=78191

 

L'article ci-dessous nous apprend que les loups évoluent sur un territoire de 200 à 300 km, et que bien sûr, les villes comme Genève n'en sont pas exclues:

 

Un loup a été abattu par un chasseur à 30 km à vol d’oiseau de Genève

 

http://www.tdg.ch/geneve/actu/loup-abattu-chasseur-30-km-vol-oiseau-geneve-2009-02-16

 

Sur cette carte, on découvre clairement que leurs trajets migratoires traversent les zones urbaines et les villes:

 

Obrazek

  

http://i23.servimg.com/u/f23/09/01/32/65/parcou11.jpg

 

Quant aux loups polonais, on les attend déjà en Belgique. Ils devront pour cela passer par l'Allemagne - traversant donc les zones les plus densément peuplées en d'Europe :

 

"Dernier axe, la Pologne, a permis au loup de traverser l’Oder, fleuve frontière avec l’Allemagne. Le loup polonais, canis lupus lupus est plus massif que les loups latins et provient en fait de Russie, le froid expliquant la taille. Sa progression est continue vers l'Est  [sic! l'Ouest  en fait ] avec, pour horizon, la Belgique."

 

http://www.reportage.loup.org/html/clan/empirelupin.html#Anchor-Convergence-36680 

 

***

 

Le big foot, la tique et le loup...

Le dessous des cartes

 

le 28 juillet 2012

 

Le manque de preuves directes de l’existence d’un phénomène ne devrait en rien décourager le chercheur dans son entreprise de rationalisation du phénomène.

Au cours de nos actualités, l’exemple du boson X vient encore apporter une démonstration de ce principe qui fonde la démarche scientifique. Personne n’a encore réellement observé ce machin de Higgs, pourtant, prédit rationnellement par une théorie physique a priori, personne ne pense sérieusement à en contester l’existence – surtout pas les bénéficiaires des budgets de recherche accordés pour sa découverte ;-)

Ce principe de la rationalité en marche vient heurter sans ménagement l’intuition paresseuse du concret des « con-crétins » prétendant « ne croire que ce qu’ils voient !» Il suffit de leur rappeler que si aujourd’hui tout le monde « observe » que « le Soleil tourne autour de la Terre », il reste tout de même peu de volontaires pour y croire !

Nos Sorbonnards refusant de croire en l’existence physique et réelle du big foot pour la raison qu’ils n’en n’auraient jamais vu, voudraient donc se parer des vertus de Saint Thomas. Il ne serait dès lors pas vain de leur rappeler le message du Christ : « Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru ! » A l’image de Le Verrier, ils découvriront peut être Neptune…

Mais au lieu de se réfugier dans un confortable et très autoritaire refus de croire ce qu’on ne sait pas encore, peut-on construire une méthode pour vérifier si l’hypothèse de l’existence du big foot trouve une confirmation dans le réel déjà connu ?

Partons donc du principe que le big foot individuel n’est pas visible à l’œil nu, mais qu’en est-il de sa présence statistique ? Peut-on mettre à jour des corrélations entre divers phénomènes, les régularités des uns confirmant les régularités des autres ?

Si les canulars passent rarement à table, on se doute en revanche que le big foot ne reste pas très longtemps le ventre vide. La littérature suppose qu’il chasse le chevreuil et autres cervidés. On peut en conclure que partout où on signalera la présence du big foot, il faut s’attendre à trouver du gibier. En comparant les cartes, on s’aperçoit que le cerf de Virginie et le cerf mulet sont deux espèces en concurrence pour l’occupation de la totalité de l’espace nord américain. Les deux animaux se répartissent sur des territoires différents, qui une fois superposés, recouvrent l’ensemble des zones où le big foot a été signalé.

Répartition du Cerf de Virginie :

http://www.skinnymoose.com/stabley/2008/11/17/white-tailed-deer-density-poster-updated-by-the-qdma/

Répartition du Cerf Mulet :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Odocoileus_hemionus_map.svg

Dans le cadre de cette hypothèse d’un big foot chasseur de gros gibier, il faudra en conclure qu’il n’est pas enclin à suivre une espèce de cerfs particulière. L’étude comparée de la répartition du big foot et celle des deux espèces de cerfs n’apporte que la simple constatation de leur possible cohabitation, non surprenante puisque les cerfs se répartissent sur l’ensemble du territoire.

Répartition de la présence signalée du big foot

bigfoot_sighting_density.jpg

 

La photographie de Melissa Hovey semble confirmer que big foot et le cerf ne se contentent pas de partager les mêmes territoires. On leur connaît aussi un parasite commun. En l’occurrence il s’agit ici de la tique qui fît les délices de von Uexküll. Cette carte de la répartition du parasite se calque remarquablement sur celle de la localisation des observations du big foot.

Répartition de quatre espèces de tique

 

red_deer-us-map.gif

http://metaldetectingworld.com/lyme_disease_deer_tick_p1.shtml

On peut cependant noter une exception à cette presque parfaite identité entre la carte de l’habitat du big foot et de son parasite. Sur une bande au nord-est des Etats-unis, s’étendant de l’Ohio au Maine, le territoire de la tique semble s’inverser avec celui du big foot. Où l’on signale la présence de l’un, l’autre brille par son absence, le fleuve Ohio faisant office de frontière.

Après avoir présenté une proie puis un parasite du big foot, je terminerai cette brève étude comparative des territoires respectifs en m’intéressant à un concurrent de celui-ci, le loup.

wolf_map_usa.jpg

http://www.wolf.org/wolves/learn/wow/regions/United_States/

 

Sur cette carte, les zones en verte indique une présence possible du loup, alors que les zones en bleu indiquent sa présence avérée.

La première chose qui attire l’oeil est justement cette bande verte qui s’étend des sources de l’Ohio au Maine. Ainsi le loup et le big foot ne cohabitent pas sur le même territoire. Et alors que le big foot est massivement signalé dans la région au sud des grands lacs, sa présence redevient plus faible sur les bordures ouest, justement à l’endroit où la présence du loup est avérée. Ce principe d’exclusion mutuelle est parfaitement respecté sur tout le territoire pour lesquels des données sont disponibles. Alors que le big foot occupe d’une façon quasi continue la côte ouest, de l’Etat de Washington à la Californie pour réapparaître en Utah et dans le Colorado, le loup se répartit sur les Etats plus à l’intérieur du continent, au nord ou au sud de l’Utah et du Colorado.

Conclusion

Il est très difficile de concevoir qu’une carte des canulars ou des hallucinations puisse présenter des corrélations avec des cartes répertoriant des phénomènes naturels tels que la présence de la tique ou du loup. Sans doute que les Sorbonnards nous expliqueront que le Citoyen du Wyoming est beaucoup plus sérieux et moins enclin aux hallucinations que son collègue du Colorado, mais en attendant que les enquêtes sociologiques viennent démontrer cette cocasserie, force est de constater que les corrélations naturelles observées entre la présence d’un parasite ou d’un concurrent ne font que valider le caractère physique et réel du « phénomène big foot ».

 

***

 

Il semble nécessaire de considérer l'ours blanc comme un autre concurrent possible de la lutte extra-spécifique:

 

Les yetis de l'Altaï menacent les ours du Kouzbass

26 octobre 2010, 15:04

Les yetis (hommes des neiges) de l'Altaï se sont précipités dans le Kouzbass (Sibérie occidentale) à cause des incendies de forêt qui ont fait rage cet été. A présent, les hominidés "font la guerre" aux ours et leur enlèvent la nourriture, affirment les participants à une expédition intitulée "A la recherche de l'homme des neiges" qui vient d'achever ses travaux à Gornaïa Choria (la Chorie montagneuse).

 

http://fr.sputniknews.com/french.ruvr.ru/2010/10/26/28566916/

En revanche, la carte de répartion des différentes espèces d'ours en Amérique du nord montre une cohabitation pacifique entre le Bigfoot et le Grizzly ou l'Ours noir  :

bear-areas-map.gif

http://geology.com/stories/13/bear-areas/

***

 

The AZCRO's News Channel!

This Channel is dedicated to Cryptozoological Research

 

 

Watch live streaming video from azcronews at livestream.com

 

 

 ***

To The Ends of the Earth

Bigfoot Monster Mystery

a film by Norman Hull - 1996

Disclose.tv - To The Ends Of The Earth: Bigfoot Monster Mystery

 


***

The Mysterious Monsters

 Directed by Robert Guenette - 1976

Mis en ligne le 21 oct. 2013 par The Missing Reel

 

***

 

The Legend Of Boggy Creek

A film by Charles B. Pierce - 1972

mis en ligne par Steve Alcorn

 

***

 

Almasty. Yeti du Caucase

Un film de Sylvain Pallix - 1992:

mis en ligne par Carbatay

 

***

 

Ivan Marx's The Legend of Bigfoot

A 1976 documentary about the legendary creature, Bigfoot, with emphasis on him being the missing link.  Directed By Harry Winer.

 

mis en ligne par archive.org

 

***

 

Sasquatch: The Legend of Bigfoot

Scientists mount an expedition to find a Bigfoot-type creature - Directed by Ed Raggozino - 1977

mis en ligne par Hambone Hawk

 

***

In Search of...BIGFOOT

Mise en ligne le 16 janv. 2012 par ArcaneInfo111

 

IMBD : Leonard Nimoy hosted this quasi-documentary television show (74 episodes, 1977-1982) which portrayed unusual natural phenomena and 'investigated' the paranormal. Its style of interspersing 'talking heads' with sensationalistic video segments may have been the forerunner of 'info-tainment.' Written by Tad Dibbern <DIBBERN_D@a1.mscf.upenn.edu>

***

 

Liens : 

Le Corps énigmatique de l'homme, sauvage et velu, médiéval.

Michele Aquaron

http://www.michele-aquaron.com/index.php

 

***

Fil d'actu des vidéos qui n'existent pas  

A family out for a drive in Craven, Saskatchewan, were shocked to see a hair-covered biped walking on a hill beside the road. They quickly took out their camera and filmed the creature as it walked into the bushes. This is their footage. It is clear, showing a biped, brown all over, with a conical head and long arm. Could be a real Sasquatc

Ajoutée le 20 janv. 2014

https://www.youtube.com/watch?v=JkAWMi86wIQ

***

Première mise en ligne : février 2012. Dernière mise à jour 06/06/2018

 

Komentáře

Přidat komentář

Přehled komentářů

Zatím nebyl vložen žádný komentář