Jdi na obsah Jdi na menu
 


Vive les jeux !

Da King éblouissant, plus poète que jamais, déclare la guerre aux Banksters:

ERIC CANTONA 'KILL THE BANKS'

Publikováno 16. 11. 2010 mmaghfai

 

***

 

Mis à part le génie humain des enfants de Marseille...en son temps néo-punk, le grand Jacno restait pour le moins dubitatif face au phénomène...

...le sport c'est de la merde !

 

L'analyse pourtant si pertinente et pointue de l'artiste reste à appronfondir. Il s'avère en fait, que le sport tel qu'il est organisé de nos jours dans le cadre du mouvement olympique, constitue une des principales techniques de mise en place de la structure du pouvoir. Il est également un des éléments essentiels qui a mené notre civilisation européenne balbutiante à la pire des régressions.

Cette activité des plus nocives renforce en effet chez l'individu tous les comportements les plus sauvages et primaires qu'une culture bien comprise se doit de combattre.

Notons tout d'abord que pour se moquer de nos amis les sportifs, il suffirait de s'amuser de leur superstition infantile et de leur vénération animiste pour  toutes sortes de grigris...qui du pull, du short ou de la paire de chaussures porte-bonheur. Et bien sûr pas un club sportif, pas une compétition sans mascotte, nouveau totem de la brute sauvage.

Mais les moqueries ne s'arrêtent pas à ces compulsions pré-rationalistes. Une appellation très répandue, reprise du jugement que portait Marcel Aymé sur nos amis cartésiens, consiste à traiter nos amis les sportifs de "boeufs" . Là encore, il semble que la moquerie ne soit qu'une simple constatation de bon sens et qu'elle fournisse une remarquablement bonne descriptin du phénomène. Il n'est rien qu'un sportif puisse accomplir qu'un animal ne saurait imiter...





...on se demanderait d'ailleurs qui imite l'autre en réalité...



L'activité olympique est non seulement un condensé du bestial chez l'humain, elle représente aussi tout ce que le bon gout et la morale populaires d'aujourd'hui désigne comme vulgaire.

Comme le rappelait Molière, qui n'a jamais chaussé une  seule paire de ski de toute sa vie, il est généralement admis que l'avarice est un défaut des plus risibles. Identiques à de vieilles pies attirées par tout ce qui brille, nos amis les sportifs se battent donc pour de l'or...

Rien d'étonnant puisque ce comportement psychotique de rétention est érigé en slogan fédérateur de l'olympisme : Toujours plus...

Toujours dans le domaine de l'économie, constatons qu'alors que les règles de fonctionnement de cette discipline primordiale à la construction des individus et des civilisation ne seront jamais abordées en classe, alors qu'on cherche sans cesse à détruire les cours d'histoire et de philosophie, les enfants sont en revanche soumis à des activités physiques et sportives obligatoires. L'effet de ce conditionnement des individus se fait cruellement ressentir et s'incarne parfaitement dans  l'irresponsabilité financière actuelle : toujours plus de dividendes à court terme...au dépend des structures de production et de développement à long terme.

La conception du long terme est un enjeu qui dépasse largement les capacités cognitives de nos amis sportifs, pour qui seule la jouissance de la victoire, de l'autre battu, écrasé, humilié, ne peut faire sens. Toutes les pulsions les plus perverses et sadiques enfin désinhibées et encouragées...

Cet enfermement dans une vision du monde à court terme, renvoie le sportif à son propre destin auquel, comme le mouton qu'on mène à l'abattoir, il se soumet sans protester. Objet d'un processus d'exploitation et de domination qui se débarrassera de lui dès que ses capacités physiques seront jugées insuffisantes, le sportif limite forcément sa libido à l'accumulation de sensations toujours plus fortes, toujours plus violentes, toujours plus brèves...feux de la rampe, contrats mirobolants, dopage et addictions de toutes sortes, proxénétisme...

Habitué dès son plus jeune âge à être un objet jetable, le sportif construira ses relations à l'autre sur le même principe...

Et le jour où nos amis se révolteront contre l'autorité arbitraire et feront preuve de solidarité face à l'injustice...Radio Paris criera au scandale planétaire et à la honte internationale...

Cette destruction du psychisme individuel et de sa vision morale du monde s'accompagne également d'une destruction systématique et programmée du psychisme collectif.

Il en va ici de l'ingénierie sociale et des lois statistiques de gestion du temps et des activités collectives. La multiplication exponentielle des événements de l'olympisme (on vient de créer les J.O. de la jeunesse - alias YOG, les fans de Lovecraft apprécieront), permet aux nazis qui nous gouvernent et à leurs larbins d'embrigader toujours plus d'enfants dès leur plus jeune âge et de fixer devant leur poste de télévision, toujours plus de chômeurs abrutis de misère et toujours plus ignorant d'histoire et d'économie.

Ce nouvel opium du peuple, à l'instar de la chasse au bouc-émissaire trop basané, constitue déjà un pâle écran de fumée. Censé détourner l'attention des politiques de l'international-socialisme des Banksters et de leurs crises financières, il dévoile en fait la tentative pathologique d'unification d'un monde soumis à son gouvernement mondial:

 

Obrazek

L'Humanité décharnée sous le joug olympique...

Un rapide coup d'oeil sur l'histoire nous dévoilera avec effroi un pan de ce plan de la troisième classe globaliste qui prit corps autour des années 1850.

L'Eglise chrétienne avait dans un premier temps interdit l'olympisme jugé trop païen. Elle avait fini par reprendre à son compte et codifier les activités sportives afin de mieux marquer les classes politiques de son époque, le vilain se livrait à la soule, le noble, puis le soldat de l'époque moderne, s'entrainaient à la guerre.

Cette morale chrétienne, toute imparfaite qu'elle puisse-t-être, est soudain devenue un obstacle au plan de domination universel.  C'est donc un retour au paganisme le plus brutal que chante l'hymne olympique :
 
"Et dans le temple ici accourent tous les peuples
Pour se prosterner devant toi,
Esprit antique et éternel."

Les peuples de la Terre unis dans leur soumission à la flamme olympique...

Cette fascination pré-rationaliste et superstitieuse pour le feu et les flammes éternels, se retrouve traits pour traits dans les rites les plus occultes des nazis qui nous gouvernent encore aujourd'hui:
 

 Inside the Bohemian Grove !

 

Un illustre baron décida donc à la fin du 19ème siècle de généraliser la pratique des entraînements militaires et de pousser les populations civiles à développer le culte du dépassement de soi...du sacrifice de soi...

L'objectif ne fait plus guère de doute. On formait des machines, non seulement des machines à rendement, mais surtout des machines à tuer, des machines à s'entre-tuer...le plus longtemps possible...

En 1894, on fondait le Comité International Olympique...20 ans plus tard...le temps de former la première génération...

...on connait la suite...

...WWI...

...l'âge le plus sombre de l'histoire de l'Humanité...

 

***

 

Leni Riefenstahl: Olympia - 1938

Publikováno 12. 10. 2016 Darrel Luna
 

***

 

How the Olympics Screw You

 

 

***

 

SILLY OLYMPICS

 

***

 

Nos amis les sportifs !


 
Le patin sur glace:
 
Le gymnaste culturiste:

Le karatéka:

Scooter Dog:


Le champion de Pacman:

 

Le boxeur:

Le footballeur:

 

***

 

Jeudi 30 septembre 2010

 

SPORT – La ménagerie des jeux du Commonwealth

 

http://www.lepetitjournal.com/homepage/a-la-une/64865-sport-la-menagerie-des-jeux-du-commonwealth.html

 

 

Dernière mise à jour 30/08/2017

 

 

 

 

 

Komentáře

Přidat komentář

Přehled komentářů

Zatím nebyl vložen žádný komentář
 

 

 

Z DALŠÍCH WEBŮ

REKLAMA