Jdi na obsah Jdi na menu
 


Des colonies toujours tranquilles !

24. 8. 2009
Alors que les tensions politiques agitent toujours le caillou...


source : AFP 27/05/09

Nouvelle-Calédonie: échauffourées entre syndicalistes et forces de l’ordre


  Des heurts se sont produits jeudi matin entre les forces de l’ordre et des militants du syndicat USTKE, qui avaient envahi l’aérodrome domestique de Nouvelle-Calédonie, a-t-on constaté sur place.
Une trentaine de manifestants, dont Gérard Jodar, président de l’USTKE (Union syndicale des travailleurs kanak et des exploités, indépendantistes), ont été interpellés et placés en garde à vue.

http://dndf.org/?p=4417

...alors qu'en Guadeloupe les syndicalistes tombent sous les tirs d'armes de très gros calibre  (voire d'armes de guerre)...

http://www.lepost.fr/article/2009/02/19/1430194_jacques-bino-a-ete-atteint-par-une-arme-de-guerre-marche-silecieuse.html

...alors que des squads de pandores encagoulés terrorisent les grands-mères et kidnappent leurs petits fils étudiants en droit...

http://www.chien-creole.blogspot.com/

...alors que Canal Plus a sans doute cherché à dédouaner l'Etat  (et la République?) de ses responsabilités en exposant les Derniers maîtres de la Martinique...

Obrazekhttp://video.google.fr/videoplay

...l'éternelle question ressurgit : Cui bono ?

A qui profite le crime,  qui voudrait voir dégénéré en émeutes les grèves qui bloquent l'activité économique alter-marine?



On leur donne du travail, ils voudraient en plus
des salaires décents !


L'ensemble des voix de Radio Paris a longtemps briller par son silence complice sur la situation insurrectionnelle secouant les régions les plus excentrées.

Des journalistes martiniquais ont donc alerté leurs confrères de la Métropole: http://www.acrimed.org


Lettre ouverte à nos confrères de la presse nationale

Chers confrères, chères consœurs,

Nous journalistes martiniquais vivons aujourd’hui une période agitée en ces temps de crise. Vous n’êtes pas sans savoir - ou peut-être si ?- que de nombreux problèmes autres que la crise récurrente du tourisme gangrènent ces départements d’outre-mer que vous qualifiez parfois de lointains : vie très chère (quatre fois supérieur à la métropole), chômage endémique (cinq fois supérieur à la métropole), inégalités sociales criantes, monopole racial détonant…

Et pourtant inexorablement votre couverture de l’actualité reste la même : Pas un mot (hormis quelques offs) après trois semaines de grève générale en Guadeloupe : pas une question au président de la république et finalement une couverture qui arrive très tardivement avec l’envoi du secrétaire d’état à l’outre-mer :Yves Jégo. Et quelle couverture !!!

Une fois de plus vous vous engouffrez dans les clichés : le coup dur porté à l’économie de ces îles déjà concurrencée par les îles voisines ou la main d’œuvre est meilleur marché et l’accueil bien meilleur (dixit Eric Zemmour dans l’émission « l’hebdo » sur France 0 : « on connait la rudesse légendaire de l’accueil aux Antilles ») et ces éternels marronniers sur les annulations des tours opérators.

Nous autres frappés de plein fouet par la réduction de nos personnels, par la précarisation de nos emplois, regardons avec envie les moyens que vous déployez en temps de crise (banlieue, hopitaux, industrie…) pour informer vos téléspectateurs, auditeurs, lecteurs. Le nombre de sujets, de déclinaisons, d’angles différents donnés à vos reportages. Vous êtes soucieux de donner la parole aux uns et aux autres, de faire des portraits, d’investiguer pour une couverture qui se veut la plus objective possible.

Alors, nous sommes surpris que dans la situation très particulière dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui, vous manquiez à ce point d’imagination. Peut-être parce que vous n’êtes pas sur le terrain ? Alors voici quelques suggestions d’angles si jamais vous voudriez vous intéresser autrement que par des clichés à nos réalités :

Concernant le tourisme :

Savez vous que bien avant le déclenchement de la mobilisation, la situation était déjà catastrophique dans le secteur hôtelier de Martinique ? Des sites prestigieux martiniquais sont liquidés, livrés à la spéculation immobilière, des centaines de salariés sont jetés à la rue parce que les spéculateurs choisissent de remplacer les hôtels par des résidences qu’ils vendent à des prix exorbitants que très peu de martiniquais peuvent s’offrir.

Avez-vous déjà essayé de faire le portrait d’une retraitée en Martinique qui touche 800 euros et qui doit acheter un yaourt : 4 euros 99 contre 1 euros 50 en métropole (la même marque) ?

Avez-vous mis une de vos équipes sur ce rapport détonant paru dans Le Monde sur les profits extraordinaires faits par les compagnies pétrolières aux Antilles ?

Obrazek


Sur le nombre de chômeurs : 25% (contre 8% dans l’hexagone) obligés eux aussi d’acheter des produits cinq fois plus chers qu’en France hexagonale avec les mêmes allocations, certains avec bac+5, 6, 7 qui ne trouve pas de travail en Martinique.


Sur les marges exorbitantes des distributeurs ?

Et il y en a des sujets à décliner !!! Embauche systématique de cadres européens au détriment des cadres locaux, bétonisation des terres, malaise social… Pourquoi pas un portrait de cet homme qui dirige le collectif à la tête de la grève en Guadeloupe, devenu un héros pour toute la population guadeloupéenne ? Qui est-il, d’où vient-il, pourquoi cette adhésion incroyable des Guadeloupéens de toutes classes à cette mobilisation ? Mais peut-être que tous ces sujets ne vous intéressent pas, ne font pas people dans vos JT ?

Alors laissez-nous finir en vous disant que nous autres journalistes martiniquais avons le sentiment que cette crise est bien plus profonde que tout ce que nous avons pu vivre précédemment. Que le documentaire de Canal Plus diffusé la semaine dernière sur les békés de la Martinique, une caste de blancs créoles qui vit en autarcie et qui détient une grande partie de l’économie et des terres en Martinique, a profondément remué et choqué nos compatriotes et nous-mêmes et qu’à l’évidence, il y a des blessures profondes qui se réveillent. Il se passe des choses qui méritent des analyses, des visions et des explications.

Nous essayons de faire notre métier d’information le plus justement possible mais nous n’avons aucune prise sur les médias nationaux. Vous seuls pouvez choisir les angles qui vous intéressent : la communication de Matignon (qui aujourd’hui craint plus que tout la contagion aux autres DOM et aux français de l’hexagone), les annulations des tours opérators ou alors vous pouvez traiter tout le reste. Si jamais ça vous intéresse !!!

Bien fraternellement

Un collectif de journalistes martiniquais


La situation en Guadeloupe n'est guère plus réjouissante, encore une fois, le Net témoigne : 


De : Arsène MARIE-JOSEPHE
POINTE A PITRE,  vendredi 30 janvier 2009


Chers compatriotes,

C'est un appel de soutien que je lance depuis la Guadeloupe.

   Un collectif de 52 organisations {comprenant tous les syndicats, des groupements de mutuelle, des fédérations d'associations, les plus grosses associations de la Guadeloupe, le syndicat des transporteurs, les syndicats des stations de service, syndicat de pêcheurs, etc} a lancé un mouvement de grève depuis le 20 janvier 2009.


   Des négociations on été engagées au World Trade Center, avec autour de la table de négociation, une représentation de l'ensemble des décideurs de la Guadeloupe :

- Le collectif : *Lyanag kont profitasyon

- Rassemblement contre les profiteurs

- Les élus : Conseil Régional - Conseil Général - Les maires - les
   Députés - Les Sénateurs

- Les socio professionnels : MEDEF - CGPME - CTPME - CCI - CES – etc

- L'Etat : Préfet de Région - Les Directeurs d'administration centrale

Suite à la lecture d'une note émise par le Secrétaire d'Etat à l'Outre-Mer, Yves JEGO, le Préfet de Région a décidé d'abandonner la table de négociations pour soi-disant se mettre à travailler.

Aujourd'hui, vendredi 30 janvier 2009, près de 60.000 personnes ont défilé dans les rues de Pointe à Pitre, afin de démontrer leur soutien au "kolectif", or les médias métropolitains, confisqués par SARKOZY, ne font guère écho de ce mouvement dont la substance est unique dans l'histoire de France; car, c'est la première fois qu'un telle manifestation arrive a créer un consensus de toutes les forces vives d'une Région et sans exclusive.

La Guadeloupe réclame la venue du Premier Ministre pour gérer une fin de cette crise. Or, le ministre de tutelle, en l'occurrence Monsieur JEGO, refusant de jouer son rôle légal, refuse de se rendre en Guadeloupe par peur de...

L'Etat Français s'est défaussé devant le peuple guadeloupéen qui a assisté en direct à la démission du gouvernement. Les négociations étaient retransmises par 3 chaines de télévision locale, les téléspectateurs ont assisté au départ du Préfet qui a refusé de continuer les négociations, promettant de sévir en cas de dérapage.

17 Airbus ont débarqué depuis début janvier,  avec près de 4000 militaires/gendarmes/CRS, armés jusqu'aux dents. Des chars d'assauts, des minutions, des cercueils en plastique, des vivres ont également été acheminés en même temps que ces forces de répression. Ce tel dispositif de guerre coûte 3 millions d'euros par jour au contribuable français. Les guadeloupéens auraient préféré que cet argent serve à résoudre quelques uns des 146 points de la plateforme de revendications.

L'Etat français a tiré sur la foule à plusieurs reprises en Guadeloupe : 1910 - 1925 - 1952 – 1967

En 1967, suite à un fort mouvement de grève, messieurs MESSMER, MARCELIN et DE GAULLE ont fait tirer sur la foule et tuer plus de 170 personnes -  officiellement seuls 31 morts ont été déclarés par l'Etat.

Pendant que je rédige ce document, le gouvernement vient de décider de transférer les rédactions de RFO à Paris, les émissions locales ne seront plus produites localement.

Sarkosy se fabrique sa dictature par ses exactions, voilà que l'Outre-Mer revient 30 ans en arrière avec les pratiques coloniales.

Chers compatriotes, je vous demande de diffuser ce document par vos relais, il faut que toute la France sache que l'on se bat pour l'ordre juste et contre les profiteurs de toute nature.

"La gwadloup cé tan nou     -    la gwadloup  cé pa ta yo     -        yo  bisyon  fé sa yo vlé     -     a dan péyi en nou"

"La Guadeloupe est à nous - la Guadeloupe n'est pas à eux – ils  veulent faire ce qu'ils veulent - dans notre pays"


Manifestations du 6 février 2009

Obrazek

Crédits : AFP - Fernand Bibas


Mais où s'arrêteront-ils ?


Négociations rompues en Guadeloupe, la grève gagne la Réunion

France Info - 13 février 2009

Ce sera le 5 mars. Le Collectif des organisations syndicales, politiques et associatives de l’île de La Réunion demande à son tour une augmentation des salaires de 200 euros nets, comme en Guadeloupe où le dialogue est à présent rompu avec les médiateurs du gouvernement...

http://www.france-info.com/spip.php?article252336&theme=9&sous_theme=13


Et puisqu'on s'intéresse à ces îles et colonies lointaines, profitons en pour remettre les points sur les i :


Comores : L’État français passible de crime contre l’humanité

Publié le 12 mars 2007 par CAL Paris-Sud

Au regard du droit international, Mayotte n’est pas un Territoire français d’outre-mer, mais un territoire comorien illégalement occupé par une puissance étrangère. En expulsant chaque années de l’île des milliers de Comoriennes et Comoriens prétendument “ clandestins ”, la puissance coloniale se rend donc coupable de “ déplacement forcé de population ”, donc de crime contre l’humanité.

http://www.alternativelibertaire.org/spip.php?article91


Boutéflika accuse la France de crimes de guerre et contre l'humanité en Algérie

Le président algérien Abdelaziz Boutéflika a de nouveau accusé la France d'avoir commis des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité durant l'époque coloniale qui a duré en Algérie  132 années.


http://www.alterinfo.net/notes/Bouteflika-accuse-la-France-de-crimes-de-guerre-et-contre-l-humanite-en-Algerie_b1546981.html


Soupçonner l'Etat français de crime contre l'Humanité sur des populations occupées ne surprendra pas longtemps ceux qui se rappelle qu'il n'hésita pas à génocider les  Citoyens de la métropole...


 

French Holocaust role recognised


Monday, 16 February 2009

France's highest court has recognised the state's "responsibility" for the deportation of Jews in World War II.


Between 1942 and 1944, some 76,000 French Jews were deported.


http://news.bbc.co.uk/2/hi/europe/7893127.stm?lss



Crime contre l'Humanité...


Obrazek


...à qui le tour ?


16 février 2009

Les étrangers en rétention de nouveau entassés à Mayotte

 Record battu. Le 13 février, 251 personnes étaient enfermées au Centre de rétention administrative (CRA) de Mayotte pour une capacité théorique de 60 places. Soit, dans le détail, 65 femmes, 120 hommes, 46 mineurs âgés de plus de 2 ans, 17 mineurs de moins de 2 ans, et 3 gardés-à-vue.


Obrazek


http://immigration.blogs.liberation.fr/coroller/2009/02/les-trangers-en.html



Colonisons les terres, colonisons les esprits...il en restera bien quelque chose...
 


 

Komentáře

Přidat komentář

Přehled komentářů

Zatím nebyl vložen žádný komentář
 

 

 

Z DALŠÍCH WEBŮ

REKLAMA